L’écart de genre dans l’emploi

écart de genre fra

Author

Giovanni Sgaravatti

Giovanni Sgaravatti

L’écart de genre dans le marché du travail n’est pas un débat aussi chaud que celui salarial, de tout façon il est un aspect très important pour relancer l’économie de l’Union Européenne et pour continuer sur la route de droits de genre commencé il y a plus de 100 ans par les suffragettes[1].

Moyen d’affranchissement par excellence, le travail payé joue un rôle clé dans sa propre détermination , en permettant de se rendre libre. Il faudrait que le choix de s’occuper des tâches d’entretien ménager ou de soins des autres était libre des restrictions de toute nature (culturelle, sociale ou économique). De plus, le rôle et l’importance d’aider les plus fragiles, comme les enfants, les anciens et les handicapés devrait être reconnu au niveau systémique et pas simplement informel.

Limiter la présence des femmes sur le marché du travail signifie limiter les talents, les compétences et les capacités disponibles dans la partie productive d’un pays. Une étude d’Eurofound de 2017 estime que la perte économique due au déficit d’emploi dans l’UE s’élève à plus de 370 milliards d’euros [2]. L’analyse montre également qu’il existe une grande hétérogénéité entre les différents pays européens : pour Malte, le pourcentage du produit intérieur brut (PIB) perdu chaque année s’élève à 8,2 %, pour l’Italie à 5,7 % et pour la Grèce à 5 %, tandis qu’à l’autre bout du spectre, on trouve la Suède et la Lituanie avec des pertes inférieures à 1,5 % du PIB.

écart de genre en Europe
Eurofound (2016), The gender employment gap: Challenges and solutions, Publications Office of the European Union, Luxembourg.

En utilisant les dernières données Eurostat disponibles (2019, donc avant le coronavirus [2]), le focus de cet article est sur les six pays les plus peuplés de l’UE : Allemagne, France, Italie, Espagne, Pologne et Roumanie. Le graphique suivant souligne le problème d’écart présent dans l’UE et dans les six pays mentionnés. En vert est représenté le taux occupationnel féminin pour chaque pays, tandis que le  taux masculin est montré en bleu. Les parties blanches pointillées marquent l’écart en points de pourcentage par rapport à l’emploi rémunéré entre les deux sexes.

écart de genre pour pays
Données sur l'emploi par sexe, âge 20-64 ans, année 2019, valeur % et points de pourcentage (pp) Source: Eurostat, calculs de l’autor

L’ écart de genre dans l’emploi est particulièrement évident en Pologne, en Roumanie et, surtout, en Italie – où à peu près une femme sur deux âgée de 20 à 64 ans n’a pas d’emploi rémunéré. Néanmoins, l’écart est aussi clairement visible sur le marché du travail espagnol, où il est de près de 12 points de pourcentage, dépassant la moyenne de l’UE qui est de 11,4.

L’importance des politiques de contraste à l’écart de genre dans l’emploi

L’ écart de genre dans l’emploi est l’expression de l’héritage que le patriarcat nous a laissé pendant si longtemps. Pour changer les choses est nécessaire un changement de culture, accompagné par des réformes de contraste à l’écart de genre dans le milieu du travail. Voici donc des politiques introduites en France et en Allemagne pour aider l’emploi féminin :

FR – Chèque emploi service universel : un système de vouchers introduit en 2006, grâce auquel les travailleurs domestiques et les baby-sitters peuvent être payés, qu’ils soient employés par une agence ou pas. Le voucher simplifie la procédure d’embauche, de paiement et de régulation de ces chiffres, en combinant une incitation fiscale (les dépenses sont déductibles) et des possibilités de cofinancement[3] [3].

DEPerspektive Wiedereinstieg : un programme de soutien aux femmes qui ont été exclues du marché du travail pendant plus de trois ans pour des raisons familiales. Il propose une assistance professionnelle – en ligne et en présentiel – ainsi que des cours de formation et des incitations fiscales pour les employeurs [4].

FR Complémente de libre choix du mode de garde : un paiement ciblé aux parents pour couvrir une partie de dépenses de la garde d’enfants (jusqu’à  six ans) [5].

DE – Elterngeld : une allocation parentale à laquelle ont droit les parents qui réduisent leur nombre d’heures de travail à moins de 30 par semaine pendant la première année de l’enfant. L’allocation est équivalente au salaire correspondant du demandeur s’il continue à travailler à temps plein. Avec des méthodes différentes, les étudiants et les chômeurs peuvent également en bénéficier [6].

DE – Pflegezeitgesetz und Familienpflegezeitgesetz : une loi qui permet aux employées de prendre un congé (pas payé)  pour le soins de leur proches. Le congé  peut être court – 10 jours – ou long – deux ans avec 15 heures maximum  de travail de moins qu’avant- [7].

FR – La Charte de la Paternité en Enterprise : une charte d’intention à signer – sur une base volontaire – par les entreprises qui veulent s’engager à concilier travail et vie de famille pour leurs employés. L’objectif est de garantir une plus grande flexibilité des horaires de travail et de créer un environnement favorable aux employés ayant des enfants, en respectant le principe de non-discrimination dans le développement de la carrière de ceux qui ont des enfants [8].

Il est important de souligner deux éléments récurrents dans les politiques mentionnées ci-dessus. Le premier est l’aspect de flexibilité : les droits et les devoirs des entreprises et des travailleurs sont modulables dans chaque cas et changent suivant  le changement de situation. En fait, des impositions très rigides peuvent toucher  négativement les employeurs, qui peuvent être conduits à préférer un homme plutôt qu’une femme. Il suffit de penser, par exemple, au cas du congé  maternité obligatoire : en France et en Allemagne équivaut respectivement à 16 et 14 semaines, contre 21 en Italie [9] [10]. Le deuxième élément est celui de l’inclusivité : presque toutes les politiques nommées  ci-dessus ne ciblent pas les femmes, mais par contre essaient de ne pas faire de discriminations de genre. Si on revient  au congé maternité, sa réduction devrait être accompagnée  d’une augmentation du congé  de paternité. Dans ce cas, l’Italie  et la Roumanie sont en train de s’adapter aux demandes de la Commission Européenne, en atteignant le standard minimum  européen de 10 jours.

Enfin, un autre aspect important de certaines des politiques énumérées ci-dessus est celui de la réduction du coût de la garde d’enfants : cela réduit l’incitation pour le partenaire ayant le salaire le plus bas (qui correspond souvent à la femme) à rester à la maison avec les enfants afin d’économiser les coûts des crèches, des centres loisirs d’été ou, plus généralement, de tous les services de garde d’enfant. De plus, ces politiques ont un impact positif sur le taux de natalité, un problème endémique dans de nombreux pays européens (la France en est exclue)[4].

Le niveau d’instruction comment indicateur d’emploi

Un indicateur clé dans le taux d’occupation est représenté par le niveau d’instruction. En fait, dans les six pays en examen, le niveau d’instruction est un des facteurs cruciaux pour la prévision d’emploi.

Ci-dessous sont représentés les taux d’emploi des femmes âgées de 20 à 34 ans par niveau d’éducation: Low indique un niveau faible, correspondant à l’enseignement obligatoire ou inférieur, Medium indique un niveau moyen, avec l’obtention d’un diplôme d’études secondaires et High indique un niveau élevé, universitaire ou postuniversitaire.

écart de genre
Taux d'emploi des femmes par niveau d'éducation, cohorte d'âge 20-34 ans, année 2019, en valeur % Source: Eurostat

Le graphique montre clairement qu’un haut niveau éducationnel correspond à un taux d’emploi plus élevé. Cette corrélation est particulièrement évidente en Pologne, où le taux d’occupation entre les femmes avec un niveau bas et celles  avec un niveau élevé  est de 60 points de pourcentage. En Allemagne, d’autre côté, le taux occupationnel de celles qui ont un niveau d’instruction secondaire et tout près de celles qui ont un niveau universitaire. La singularité allemande peut être due à  une forte présence des instituts techniques au lycée qui préparent les jeunes au marché du travail déjà à partir du deuxième cycle d’études.

La promotion de l’éducation est donc également un instrument utile pour combler l’écart entre les sexes sur le marché du travail. Des pays tels que la Roumanie et l’Italie – avec un écart de plus de 19 points de pourcentage en matière d’emploi – pourraient ainsi bénéficier d’effets positifs sur le marché du travail en offrant davantage d’encouragements à l’instruction universitaire des femmes.

Le graphique suivant montre le pourcentage des lauréats dans la population des six pays examinés  : en excluant l’Allemagne, il est intéressant de remarquer comment les filles terminent leur dernier cycle d’études plus aisément que les garçons[5].

écart de genre dans l'éducation
Part de la population ayant fait des études supérieures par sexe, cohorte d'âge 15-64 ans, année 2019, valeur %. Source: Eurostat et calculs de l’autor

Conclusion à propos de l’écart de genre dans l’emploi

Le redémarrage de l’Union Européenne devrait passer par les femmes et par une renouvelée reconnaissance de leur rôle dans la société. Ce n’est pas seulement juste, mais aussi nécessaire. Pour cette raison les institutions européennes ont décidé de lier tous les fonds du budget pluriannuel et du Next Generation EU destinés à la mitigation et à l’adaptation aux changements climatiques (30% du total, presque €547 milliards) aux projets axés sur les disparités de genre. Ainsi, on établit la direction du futur : une transition au développement durable libre des discriminations de genre [12].

Malgré la prise de position claire de l’UE, certains s’attendaient un petit plus : Alexandra Geese, députée européenne des Verts/ALE, a lancé une pétition demandant que même les fonds alloués à la digitalisation se concentrent sur les femmes et leurs droits, atteignant ainsi la moitié des dépenses totales du paquet Next Generation de l’UE. La proposition peut sembler disproportionnée, mais, étant donné l’ampleur des inégalités entre les sexes sur le marché du travail, peut-être qu’elle ne l’est pas tant que cela.

Giovanni Sgaravatti

[1] Des mouvements d’émancipation des femmes et de revendication du droit de vote sont apparus dans le monde entier vers la fin du XIXe et le début du XXe siècle, même si déjà immédiatement après la Révolution française (en 1791), Olympe de Gouges a rédigé la Déclaration des droits des femmes et des citoyens, dans laquelle elle déclarait l’égalité politique et sociale entre les hommes et les femmes. [1]

[2] Des études récentes indiquent que l’écart de l’emploi dans certains pays développés est amené à se creuser après la crise. En effet, la femme est le plus souvent la partenaire aux revenus les plus faibles, qui décide donc de renoncer à travailler pour s’occuper des enfants pendant les fermetures d’écoles. En outre, dans certains pays, l’emploi des femmes est plus élevé dans les secteurs les plus touchés, comme le commerce de détail et la restauration [4], [5].

[3] En Italie il y a un instrument similaire qui malheureusement n’a pas encore donné les mêmes résultats.

[4] En 2018 la France avait un taux de fertilité de 1,88 enfants par femme, contre le 1,29 de l’Italie [11]

[5] Le phénomène est également présent en Allemagne dans la population jeune entre 20 et 34 ans.

Sources 

[1] Dai primitivi al post-moderno: tre percorsi di saggi storico-antropologici, di Vittorio Lanternari, Liguori Editore, 351

[2] Eurofound: The gender employment gap: Challenges and solutions, Luxembourg 2016, Publications Office of the European Union.

[3] Le Cesu, qu’est-ce que c’est

[3b] Prestazioni di lavoro occasionale: libretto famiglia

[4] Perspektive Wiedereinstieg: Startseite

[5]https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F345#:~:text=Le%20compl%C3%A9ment%20de%20libre%20choix,votre%20enfant%20et%20vos%20ressources.

[6]Elterngeld und ElterngeldPlus

[7] https://www.bmfsfj.de/bmfsfj/service/gesetze/gesetz-zur-besseren-vereinbarkeit-von-familie–pflege-und-beruf-/78226#:~:text=Angeh%C3%B6rige%20zu%20betreuen.-,Familienpflegezeitgesetz,Angeh%C3%B6rigen%20in%20h%C3%A4uslicher%20Umgebung%20pflegen.

[8] https://www.observatoire-qvt.com/charte-de-la-parentalite/presentation/#:~:text=La%20Charte%20de%20la%20Parentalit%C3%A9%20en%20Entreprise%20a%20%C3%A9t%C3%A9%20initi%C3%A9e,mieux%20adapt%C3%A9%20aux%20responsabilit%C3%A9s%20familiales.

[9] COVID-19 and the gender gap in advanced economies | VOX, CEPR Policy Portal

[10] Il 98% di chi ha perso il lavoro è donna, il Covid è anche una questione di genere  

[10b]  (Occupati e disoccupati (dati provvisori)

[11] File:Total fertility rate, 1960–2018 (live births per woman).png – Statistics Explained

[12] The 2021-2027 EU budget – What’s new? | European Commission

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email

Recent articles

You may also be interested in

Headline

Never Miss A Story

Get our Weekly recap with the latest news, articles and resources.
Cookie policy
We use our own and third party cookies to allow us to understand how the site is used and to support our marketing campaigns.

Hot daily news right into your inbox.